header3.JPG

Mardi 1er mai, 2h du matin...

 
... des policiers d'Olympia nous réveillent. :
 

Mmpffff !

Tête dans le pâté, donc, on se dirige vers la Mima Mounds Preserve (46.899703,-123.04804) où la Sooty Grouse a été vue.

Néanmoins, comme on s'y attendait, le coin est payant comme toutes les aires naturelles de l'état de Washington que l'on a vues jusque-là. Ici, c'est 11$ la journée ou il faut avoir le state annual pass...

OK, au moins on a tenté. Retour sur l'autoroute pour dépasser Olympia.

On se rend à la Nisqually NWR (47.072831,-122.712921) qui est gratuite avec notre annual pass.

Seulement ouverte en journée, cette réserve propose plusieurs sentiers sur la zone humide qu'elle protège. Babé va les parcourir sous le soleil qui réchauffe agréablement l'atmosphère.

Pour moi, c'est ordi avec tous les articles que j'ai en retard...

Le printemps est bien là. Maman, Papa et cannetons Canada Goose font leurs toilettes après le bain.

Non loin, un Bald Eagle se demande s'il ne va pas croquer un petit canneton...

Babé rencontre un couple de jeunes militaires qui ont pas mal voyagé et qui aimeraient faire comme nous dans un futur proche. D'origine asiatique, ils sont très ouverts d'esprit. C'est agréable de rencontrer des gens comme ça après le réveil matinal qu'on a eu.

Pour le spot dodo du soir, on table sur une valeur sure, avec le parking du gros magasin de sport Cabelas (47.062599,-122.78749).

C'est un spot dodo I-Overlander sensé être free, mais il y a des panneaux "No Overnight Parking". Ce coup-ci, Babé va se renseigner au magasin et le chef nous donne le OK pour une nuit.

Nuit tranquille, ça fait du bien.

Nous passons principalement les deux jours suivants à la library de Lacey. Grosse bibliothèque, elle propose du bon wifi avec des tables et des prises pour y travailler tranquillou.

J'aime les libraries car on y voit passer tout un tas de gens.

Il y a les middle class qui viennent avec leurs enfants pour se cultiver.

Les gens moins aisés qui profitent du gros rayon DVD pour en regarder un paquet pour un abonnement annuel modeste.

Il y a aussi les sans-abris avec leurs gros sacs qui y trouvent un coin tranquille et chauffé pour la journée.

Et puis, il y a les cours en tous genres, comme par exemple ces cours de langues particuliers dispensés par des retraités à des migrants qui ne connaissent pas encore l'anglais. L'assistante sociale passe régulièrement les voir pour faire un point sur leur situation.

Bien sûr, lorsqu'on se met à parler, nos voisins nous demandent d'où on vient. On y rencontre une mamie sympa qui a beaucoup voyagé en amérique latine.

Cherchant un nouveau spot dodo pour la nuit, le manager de la library nous propose de stationner sur le parking "customers" juste à côté (47.043888,-122.82089). On y passe une nuit bien tranquille.

Il y a une grosse zone commerciale à côté de la bibliothèque. On y fait le plein d'eau à boire au distributeur d'eau purifiée (47.056912,-122.76599) (40c/gallon) et la lessive dans un gros landromat (47.051942,-122.78463) qui a même du wifi.

Ici-aussi la consommation du cannabis est légale, mais pas avant 21 ans...

Au soir du jeudi 03 mai, on prend la route en direction de la frontière. Nos sympathiques voisins de table nous ont confirmés qu'il vallait mieux attendre 20h pour passer Seattle sans encombre.

En effet, la traversée se fait tranquilloute bien qu'avec beaucoup de circulation.

Comment peut-il y avoir autant de monde tout le temps ?

On fait le plein d'eau du réversoir dans une dump station gratuite (48.169949,-122.19125) puis on se pose sur une rest area (48.582679,-122.34312) à 60km de la frontière.

Nuit bruyante.

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Ce gros mois et demi passé dans l'ouest des Etats-Unis a été une somme d'émotions contradictoires.

Beaucoup de stress à cause de l'assurance . Un grand respect devant les giant sequoias et redwoods. Toujours de la tendresse avec les éléphants de mer. Beaucoup de plaisir à découvrir les wapitis, la côte pacifique (quand elle est encore sauvage et accessible), les jolis rochers de Pinnacles ainsi que le lac de cratère enneigé de Crater Lake. Et que dire des Public Libraries que l'on aime pour leur calme et leur gratuité.

Ce côté-ci des Etats-Unis était définitivement plus intéressant que le côté est.

Moi qui ne voulait pas y revenir, je suis bien contente que Mon Babé se soit entêté.

Néanmoins, les Etats-Unis restent les Etats-Unis et il s'avère parfois compliqué de trouver à bivouaquer.

Ce n'est toujours pas le pays de la liberté. Les "Keep out - No trespassing" sont constamment accrochés aux portails et clôtures des propriétés. Les accès à la côte sont très souvent privés et bon nombre de State Parks sont payants. Quant aux panneaux "No Camping", "No Overnight Parking", on les repère de loin.

Ce qui est vraiment décevant dans ce pays, c'est qu'ils ont tout saccagé. Mise à part quelques National Forests et National Parks qui tentent désespéremment de préserver ce qu'il reste encore de naturel (ou bien de le restaurer...), tout l'environnement naturel a été exploité et l'est encore.

J'avais oublié à quel point c'est le pays de l'exploitation et de la consommation à outrance. Ici, les coupes forestières se font à blanc et les cultures s'étendent à perte de vue.

Sans la lucidité de quelques personnes, il ne resterait plus rien des giant sequoias et redwoods, et les nénéphants auraient probablement été chassés.

J'ai mal au cœur de voir comment ces immenses espaces ont été ravagés. Et que dire des amérindiens qui ont été dépossédés de la plupart de leurs terres. Leurs tribus et coutumes ne sont pas du tout mis en valeur. Parfois, il y est fait référence ou bien on apprend qu'une tribu a tout bonnement disparu.

Oui, les Etats-Unis offre des espaces naturels magnifiques, mais ce ne sont que des îlots éparpillés dans un désert consumériste qui donne la nausée.

On étouffe sur ces immenses routes et centres commerciaux. On enrage devant toutes ces propriétés privées.

Beaucoup d'émotions donc. Les Etats-Unis nous marquent à chaque passage.

Mais le temps file. Le printemps est bien arrivé et il est temps pour nous de commencer notre montée vers le Grand Nord canadien...

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Vendredi 04 mai.

On se dirige vers la frontière canadienne sous la grisaille.

Plutôt que de passer par le gros poste frontière via l'interstate 5, on bifurque sur la 543 en espérant que le poste frontière "Pacific Hightway" soit à taille plus humaine.

À 8h du matin, seules trois guérites sur cinq sont ouvertes et il n'y a pas de file d'attente.

Le douanier qui nous reçoit est très cordial. Il vérifie la plaque d'immatriculation, prend les passeports, les tamponne, nous demande ce qu'on vient faire au Canada et quelles sont nos professions.

Puis il nous rend nos passeports.

C'est tout ?, Babé lui demande en anglais. Pas de visite du camion ?

Non-non, tout est en ordre, répond le douanier.

Comme on doit rendre nos visas US, il nous demande de les détacher et de les lui donner, car ce sont les douaniers canadiens qui se chargent de les récupérer. Ce que l'on fait.

Voilou.

C'est terminé.

Le douanier nous souhaite une bonne journée. On démarre et se retrouve sur la highway, un peu abasourdis.

On avait lu tout un tas de commentaires sur le passage des USA au Canada : les dounaiers demandaient si les gens avaient suffisamment d'argent pour voyager, s'ils avaient une assurance santé, ils fouillaient même les véhicules.

Là, rien.

Cool !

Welcome to British Columbia !

Le visitors center étant encore fermé, on prend la direction d'un Walmart pour racheter quelques fruits et légumes.

On retrouve avec plaisir des panneaux de vitesse en km/h.

Niveau paysage, c'est des champs et encore des champs. La grande plaine alluviale a été aménagée en garde-manger.

Par contre, on voit bien qu'on est de retour au Canada en voyant toutes les pelouses des jardins bien tondues devant les maisons. D'ailleurs, tout est nickel propre ici. Les gens sont bien habillés. Il n'y a pas un clochard dans les rues.

Gros contraste avec les Etats-Unis qui laissent leurs sans-abris dans la rue...

Je voulais uploader quelques vidéos et photos, mais la Public Library de Ladner m'en empêche. C'est le premier wifi public avec restrictions. Les dowloads, je comprends, mais les uploads...

On se rend donc au Boundary Bay Regional Park (49.059539,-123.02471) qui protège les abords de la baie.

Ah, quand même ! Plein de panneaux disant ce qu'on a le droit ou pas de faire ! On est toujours en Amérique du nord. Ouf !

Là, Babé y coche la Northwestern Crow, très facile à voir dans le coin.

Retour au Walmart (49.041879,-123.08168) pour y passer une nuit assez calme.

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Babé a repéré plusieurs spots obs dans et autour de la ville de Vancouver qui possède plein de petits parcs ouverts au public. On passe de l'un à l'autre durant les jours suivants sous un beau soleil, ce qui est bien agréable.

Suite à notre entrée éclair au Canada de la veille, on a encore du mal à trouver nos marques.

L'arrivée de bon matin dans la ville nous paraît irréelle. Comme hier, tout est trop bien ordonné, nickel. On n'a pas l'impression d'être dans la vraie vie mais dans une ville virtuelle où tout se passe bien. Pas de misère, les joggers courent et les promeneurs sortent leurs chiens une boisson à la main.

Heureusement, l'usine de bois au bord de la rivière nous rappelle que ce magnifique style de vie est en partie le résultat de la destruction de l'environnement forestier alentour.

Babé cherche des becs-croisés dans le cimetière (49.240203,-123.09106). Mais on est déjà trop tard dans la saison. Le printemps est bien là avec ses arbres en fleurs et les pioux-pioux sont repartis dans le nord.

Oh well, la visite du cimetière est intéressante.

Direction ensuite la rive sud de Vancouver vers Spanish Banks.

Quelques Community Centers autorisent les visiteurs à prendre gratuitement une douche (info I-Overlander). On en profite donc dans celui près de Jericho Beach. L'accès aux douches se fait dans le gymnase (49.27173,-123.20421) après avoir gentillement demandé la permission à la personne de l'accueil.

Ça fait du bien.

Babé va ensuite se balader sur la plage à la recherche de pioux-pioux. Très peu de coincoins. Il y a trop de monde ! Tous les gens sont venus profiter du soleil.

C'est l'occasion pour Babé de prendre sur le vif les habitants de Vancouver en train de faire du sport, de disfruter ou de manger un BBQ en ce samedi ensoleillé.

 
 

Ici aussi des panneaux indiquent ce qu'on peut ou ne peut pas faire.

Bon, pour la cigarette, c'est pas trop ça vu les fumées de chichon dans l'air. Quant aux voisins, on est sûrs qu'ils sont sur le qui-vive à rapporter la moindre activité louche !

On pensait bivouaquer dans le coin. Toutefois, des panneaux indiquent que le secteur est fermé le lendemain.

On se rend donc sur la rive nord vers un spot I-Overlander sensé être tranquille.

Pour cela, on passe à travers la "city" de Vancouver.

Mmouais...

On pensait que la rive sud était huppée. La rive nord l'est encore plus !

Le Dundarave Park (49.33391,-123.18321) se situe au milieu d'une banlieue avec de grosses maisons cachées derrière d'épaisses barrières.

Là-encore les gens viennent profiter du soleil et manger dans le resto chic d'à côté.

Le spot dodo sur le parking du parc ne s'avère pas du tout tranquille. Des gens picolent et écoutent de la musique jusqu'à 1h du matin, puis c'est le train qui passe deux fois en klaxonnant durant la nuit.

Oh well...

Même s'il a déjà coché un première année de Barrow's Goldeneye, Babé voudrait en revoir, en particulier des adultes.

Il continue donc à explorer les parcs côtiers de la ville.

Pas de coincoin au Lighthouse Park (49.335541,-123.26252), mais une jolie vue de la baie de bon matin.

Le Whytecliff Park (49.374206,-123.29062) est blindé de monde en ce dimanche. Ça sent la crême à bronzer et la viande grillée, et tout le monde est en short et tongues. (Pas de photos, elles ont disparu de mon ordi ! )

Toute cette activité ne dérange en rien une vingtaine de Barrow's Goldeneye pour le plus grand plaisir de Babé qui est tout sourire de voir un adulte mâle en nuptial, un première année et tout plein de femelles.

Dans les rochers, quelques Harbor Seals se prélassent...

... et les Northwestern Crow sont à l'affût de la moindre miette.

Aucuns panneaux d'interdiction dans ce park. Les gens viennent y faire de la plongée la nuit. On se pose sur l'Overfow Parking (49.373116,-123.28908) qui s'avère muy-muy tranquillou.

Après la côte, Babé veut tenter la montagne. Ça tombe bien, la station de ski Cypress Mountains se situe juste à côté et des Sooty Grouse y ont été vues.

Cypress Mountain est à l'intérieur du Cypress Provincial Park.

Faut-il payer pour entrer dans les Provincial Parks ?

Non !

Alors, c'est parti pour deux jours dans la neige ! Car bien qu'à seulement 900m d'altitude et fermée pour la saison, cette station de ski est encore couverte de neige.

Babé ne trouve pas la Grouse le premier jour. Il se fait juste plaisir à faire une grosse balade.

 

Par contre, non seulement il coche la Sooty Grouse qui parade dans toute la forêt le deuxième jour(pas de photo car elle est très discrète ), mais il voit aussi des traces d'ours dans la neige !

Chouette Balade !

 

Pour le dodo, il y a un Overnight Parking (49.393396,-123.19358) fait pour ça.

Bon, de 18 à 20h, 4 blaireaux viennent se prendre pour Fast and Furious avec leurs motos et voitures. Ils font chauffer leurs pneus et rugir le moteur.

Ensuite, nuit tranquille.

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Eh oui, cela remonte à il y a quelques mois, mais ils sont enfin là : les oiseaux de Baja California Sur.

 
 
 
 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Mercredi 09 mai.

Tuktoyaktuk est à 3800km de Vancouver.

Actuellement, la route est encore fermée et ne semble pas être ouverte avant quelques semaines. Alors, au lieu de tracer en une semaine comme on avait prévu de le faire au départ, on finit par prendre un peu plus notre temps. Et il y a de quoi faire sur la route...

Le temps est de la partie. Après une journée de pluie, on a du soleil avec 30°C. Ce n'est plus le printemps mais l'été !

On suit d'abord la Highway 99 qui nous mène de Squamish à Lillooet. Ici, la culture des tribus indiennes est bien présente à travers des expositions, des musées et de nombreux "Indian territories".

On ne s'y attarde pas trop, malheureusement, car il y a beaucoup à faire dans la nature.

La route en elle-même est déjà jolie. Nous longeons des vallées encaissées entourées de sommets enneigés qui appellent bien évidemment Babé. Garibaldi Lake et Joffre Lakes vont le ravir (toutes ses balades avec photos sont dans l'article suivant ).

Dès que la rivière s'engouffre dans des canyons, on a de jolies chutes d'eau. Et puis, il y a la forêt, bien présente, et les lacs tous aussi différents les uns des autres.

On adore !

Les parcs provinciaux sont disséminés le long de la route. D'accès gratuit, il est encore facile de bivouaquer gratuitement sur leurs parkings car la saison touristique ne commence que début juin.

Liberté de bivouaquer et de randonner, on se sent bien en British Columbia.

Les cascades que nous avons vues ont chacune leur "personnalité".

Shannon Falls, toute en hauteur et volume est ma préférée. Brandywine Falls (ils ne savaient pas quel alcool choisir, alors ils ont mis les deux...) est la cascade modèle. Elle tombe droit et creuse inlassablement la roche à reculons alors que Nairn Falls fait plutôt penser à une grosse machine à laver, tout en fureur et écume.

 
Shannon Falls :
 
Brandywine Falls :
 
 
Nairn Falls :
 
 

Cette balade à Nairn Falls nous a permis d'enfin mettre un nom sur cet arbre qui fait de jolies fleurs jaunes et blanches, le Western Flowering (ou Pacific) Dogwood, qui est en plus l'emblème de la British Columbia.

Difficile de choisir quelle fleur prendre en photo. Hein, Babé ?

 
Babé-Photographe en action :
 

Babé pensait tourner un peu sur Whistler mais cette station de ski huppée ne donne que très peu d'accès aux alentours. Pas de piou-piou sur le lac seulement visible du bord de la route (sinon, il faut montrer patte blanche dans la résidence privée ou le golf d'à côté ). On profite de la dump station gratuite (50.087554,-123.036916) (il y en a partout dans la province ) et on reprend la route.

Nous découvrons une étonnante laverie à Pemberton (50.321544,-122.810196). Ses murs sont couverts de photos d'acteurs. Du coup, la lessive passe très vite à regarder chacunes d'elles. Par contre, c'est la plus cher qu'on ait trouvé avec ses 1$ pour 3 minutes de dryer.

Duffey Lake est un lac tout en longueur à flanc de montagnes. On le disfrute de bon matin...

... et on voit notre premier ours noir dans l'ouest du Canada.

Vous le voyez ?

Le point noir dans la clairière verte !

OK, il était loin ! Mais ne vous inquiétez pas, on en a revu plein d'autres et juste au bord de la route.

Passé Lillooet, on se décide à avaler quelques centaines de km. D'abord parce qu'il y a moins de parcs provinciaux proches de la route (et on découvre en roulant que ces lacs sont pour la plupart encore fermés...) et ensuite parce que Babé voudrait réussir à voir quelques oiseaux avant qu'ils ne soient tous remontés dans le nord.

Nous montons à Prince George en deux jours en faisant une étape dodo à Williams Lake.

Ce trajet nous fait abandonner les montagnes pour un paysage vallonné couvert de lacs, de champs et de forêts. Mmmbof...

 
 

Des panneaux nous invitent à faire attention aux mooses et aux ours, mais on ne voit rien. D'ailleurs, d'autres panneaux expliquent aussi qu'ils essaient de réintroduire les mooses dans la région. Quand on voit tous les champs, les camions chargés de bois ainsi que les armes sur les quads et 4x4, on comprend pourquoi.

Prince George est la grosse ville du coin. On en profite pour faire les courses et retirer des sous au distributeur. La Scotia Bank (53.91798,-122.74876) est une bonne pioche parmi toutes les banques qu'il y a dans la rue car elle n'applique aucuns frais supplémentaires.

D'habitude, on a au moins 3$ prélevés en plus du montant retiré.

Tous les magasins sont regroupés dans une zone commerciale à la sortie de la ville. Au Home Depot, j'achète des pièges à souris supplémentaires ainsi que du scotch sensé résister aux froids et chaleurs extrêmes. C'est que le lanterneau du lit est cassé...

... et bien cassé car on ne voit pas sur la photo la fissure qui s'étend sur les 2/3 de sa longueur.

Après-midi bricolage donc... et merci aux canadiens qui ont aidé Babé à me hisser sur le toit sinon, c'aurait été "plutôt" compliqué.

En partant de bon matin et grâce à une route quasi rectiligne, on arrive à avaler quelques centaines de km supplémentaires pour atteindre Smithers.

Le paysage ne change pas, sauf sur la fin avec de belles montagnes enneigées en vue tout au fond.

Cette journée est d'ailleurs bien chargée en obs car on revoit avec grand plaisir notre premier moose (=orignal) de la côté ouest qui mange juste au bord de la route, et Babé coche le Trumpeter Swan près d'un lac (oups, j'ai dû effacer le point par erreur... pas grave, il y en a d'autres plus haut ), toujours en bord de route.

Smithers est entourée de sommets. Alors on se pose sur le parking encore un peu enneigé du sentier des Twin Falls pour que Babé aille se dégourdir les jambes après ces journées de route.

Ce sera notre dernière journée de beau temps. Ensuite commence une grosse semaine pluvieuse avec quelques poches de ciel bleu.

Comme la route de Tuktoyaktuk n'est toujours pas ouverte, on décide de faire quelques détours car les brochures prises dans divers offices de tourismes disent qu'on peut voir des glaciers et même des grizzlies à certains endroits.

Bon, il faut tout de suite dire que ce n'est pas encore la saison des grizzlies, qui se situe début août, mais on ne sait jamais...

Les jours suivants se passent à disfruter le paysage. Que ce soit sous le soleil ou sous la pluie, ces sommets couverts de glaciers nous plaisent énormément.

Ce n'est pas encore la saison touristique à Kitimat qui est encore endormie lorsqu'on y passe de bon matin. Seule une Barred Owl est réveillée et scrute le bas côté du haut de son perchoir. On revient aussitôt sur nos pas pour passer à Terrace et continuer vers le Lava Bed Provincial Park. Cette énorme coulée de lave est jolie à voir mais le coin est beaucoup trop touristique à notre goût.

On rejoint la route principale par une Wilderness Road (une piste non entretenue. Il y en a pas mal qui partent de la Highway). L'arrivée de TiNéfant dérange un orignal qui marchait tranquillement dessus.

On s'était bien dit que ce serait un bon spot obs !

Une autre wilderness road que l'on prendra quelques jours plus tard s'avèrera aussi fructueuse car Babé y verra deux ours et un porc-épic en l'espace d'une heure de balade. (les photos et vidéos de nos obs sont dans un article suivant...)

Avant cela, nous décidons de faire un autre détour pour aller voir des glaciers en commençant par le Bear Glacier, observable au bord de la route.

Pour voir le Salmon Glacier, il faut passer par un bout d'Alaska et le village de Hyder avant de revenir en British Columbia. Pas de poste frontière US ici, seulement un poste canadien où l'on se présente seuelement au retour et où le douanier scanne nos passeports et nous pose les questions habituelles avant de revenir dans la ville frontière canadienne de Stewart.

Il y a un pont sur cette portion d'Alaska qui permet d'observer les grizzlies en train de pêcher les saumons à la fin de l'été (c'est payant !). Le coin est vraiment sympa (Babé est tombé amoureux de sa rivière ) et on se dit qu'on y reviendra peut-être au retour si on n'a toujours pas vu ces ours pour l'instant plus insaisissables que les noirs...

Le coin est désert pour l'instant et on passe deux jours en bord de piste bien sympas.

Comme elle est couverte de neige (et donc impraticable) 12km avant d'arriver près du Salmon Glacier, Babé se fait plaisir avec de longues balades.

 
Babé part en balade vers le Salmon Glacier :
 

Pour ceux qui regardent cette vidéo avec des écouteurs, vous entendrez le chant grave de la Sooty Grouse qui chante juste à côté. Je ne sais pourquoi, je ne l'entends pas avec les hauts-parleurs de mon ordi, mais si ça vous intéresse, voici le chant de la Sooty Grouse (qu'on entends très distinctement avec des écouteurs) qui nous accompagnait tout au long de la journée, c'est à dire de 5h du matin à 22h le soir.

 
Chant de la Sooty Grouse à écouter de préférence avec des écouteurs :
 

Lors de ces balades, Babé coche le White-Tailed Ptarmigan au milieu d'un groupe de Rock Ptarmigan. En repassant par Hyder, il coche aussi la Black Swift qu'il cherchait depuis un bout de temps.

On disfrute le fjord avant de reprendre la route avec un arrêt pour revoir avec plaisir le Bear Glacier, un peu moins sous la pluie.

Puis c'est la remontée, toujours sous la pluie, vers Cassiar et ses mines de Jade avec 5 obs furtives d'ours en bord de route.

 
Personne à Iskut, on continue vers Cassiar... :
 

Je voulais m'offrir une petite statuette d'ours en jade, mais à 90$... je trouverais bien une autre représentation d'ours plus loin sur la route.

Les montagnes de Cassiar sont une nouvelle occasion de balade pour Babé qui revoit un couple de White-Tailed Ptarmigan au milieu des rochers et de la neige.

C'est notre dernière incursion dans les montagnes. La route traverse ensuite des plaines et collines couvertes de forêts et de lacs à perte de vue.

On traverse de grandes portions de forêts brûlées avant d'arriver dans le Yukon.

Encore 500km et on arrive à Whitehorse, la capitale du Yukon.

 
Oh non ! L'ours est déjà parti au RV Park !
 

Le beau temps est de retour. On longe de longs lacs et se dirige vers un observatoir pour Trumpeter Swan. Il est déjà trop tard (la saison se déroule en avril pendant le gros de la migration) mais une petite vingtaine de cygnes sont restés un peu plus haut sur la rivière Yukon.

Enfin, après 2500km et quelques détours depuis Vancouver, nous arrivons à Whitehorse.

Nous nous y posons quelques jours, le temps pour moi de traiter la montagne de photos et de taper les articles.

On adorait déjà la British Columbia, le Yukon nous plaît tout autant.

Bien qu'étant la capitale du Yukon, Whitehorse est une ville à taille humaine de 28 000 habitants (la population totale du Yukon est de 37 700 habitants !). On y trouve tout ce qu'il nous faut (supermarchés, dump station gratuite et Public Library avec du bon wifi) et il ne suffit que de quelques km pour trouver un spot dodo tranquille avec plein de sentiers dans la Grey Mountain.

Babé y trouve enfin ses muffins préférés, les Farmer's Market aux pépites de chocolat chez Real Canadian Superstore. À 4$ le paquet de 6, il s'en fait une grosse cure, histoire de se rattraper sur tous ceux qu'il n'a pas mangés avant !

C'est une bonne pause avant la montée vers Tuktoyaktuk et on en profite pour se mettre à jour de tout (site, courses, laverie, eau).

Je tiens à faire remarquer qu'on a facilement trouvé du wifi le long de la route. Que ce soit dans les Public Libraries ou les Visitor Centers, le wifi est toujours libre d'accès et souvent de haut débit.

Il y des dump stations payantes mais suffisamment de gratuites pour notre bonheur. I-Overlander était bien pratique.

Nous avons trouvé des distributeurs d'eau purifiée dans les supermarchés Save On Food, mais on ne les trouve pas partout. Et à 2,99$ les 18L, on boit à nouveau l'eau javélisée des dump stations ou tirée des robinets de "drinkable water" qu'on nous indique sur la route.

En voici la liste : dump station de Whistler (50.087554,-123.036916), robinet d'eau derrière le visitor center de Lillooet (50.691348,-121.937164), dump staion de Williams Lake (52.12366,-122.1318), dump station de Burns Lake (54.22651,-125.76267), dump station de Hazelton (55.24747,-127.59428), robinet d'eau derrière la station Petro Canada à Stewart (55.935569,-129.988061), dump station de Whitehorse (60.73223,-135.06825).

C'est tout de même bien agréable de prendre une douche bien chaude de temps en temps. Gratuites à Vancouver, elles sont payantes partout ailleurs. 3$/pers avec temps illimité au Recreation Center de Lillooet (50.689686,-121.936134). 3$/pers avec temps illimité au Yukon RV Park/Motel de Teslin (60.168377,-132.709118). 1$ les 5minutes au Robert Service Campground de Whitehorse (60.70122,-135.04665).

Les laveries : à Pemberton (50.321544,-122.810196) de 3 à 7$ les machines et 1$ pour 3 minutes de dryer, au Yukon RV Park/Motel de Teslin (60.168377,-132.709118) 3$ la machine et 1$ les 30 minutes de dryer.

No stress en British Columbia ou au Yukon pour trouver un bivouac gratuit.

Il y a les points I-Overlander, mais globalement, on peut bivouaquer à peu près partout. Certains visitor center vous indiquent même où aller !

On a trouvé que les wilderness roads offraient de bons spots dodo tranquille pas loin de la Highway plutôt que de bivouaquer sur des rest areas souvent très proches de la route.

À Squamish, le parking de la marina était très bruyant (49.695076,-123.155068). On lui a préféré le parking d'un sentier (point I-Overlander) à côté d'une zone résidentielle bien plus tranquille (49.705216,-123.155021)

Le parking du départ de sentier du Garibaldi Lake (49.958187,-123.121026) à 520m d'altitude est tranquille mais peut être un peu bruyant en début de soiréee si beaucoup de monde y bivouaque.

Celui du Joffre Lakes (50.369683,-122.498689) à 1215m est blindé en journée mais quasi vide la nuit. Bien que proche de la route, il est calme la nuit car il n'y a pas de circulation. La fraîcheur de la nuit fait du bien après les grosses chaleurs de la journée.

Le Seton Dam Campground de Lillooet est gratuit (50.667142,-121.977503). En "first come, first served", il peut être vite rempli.

On peut bivouaquer sur le parking du visitor center de Williams Lake (52.122852,-122.097722). Il faut s'inscrire au center avant 18h. Bruyant car à côté de la route. Open Wifi près du center.

Parking du Walmart de Prince George (53.864771,-122.786922) : pas mal de RVs et bruyant.

Twin Falls est un Recreation Site (54.825816,-127.275847), c'est à dire une aire de camping gratuite avec tables, fire place et toilettes sèches. Tranquille, il y a 5 emplacements sous les arbres. Comme on n'utilise pas de table et de fire place, on s'est garé sur le parking plus ensoleillé. Le soir, tous les emplacements étaient occupés.

On n'a pas trouvé le Sedan Creek Recreation Site. On s'est garé plus loin en bord de piste (55.082516,-128.197929) avec une jolie vue sur les Seven Sisters. Malheureusement, le train passe juste en-dessous... donc nuit bruyante.

La tribu Nass met à disposition un campground gratuit au bord du Dragon Lake (55.32862,-128.94798), tranquille. Le lendemain, on a trouvé plusieurs spots dodo le long des 40km de la wilderness road qui part du campground jusqu'à la highway 37...

Le Clements Lake est aussi un Recreation Site (56.04814,-129.902172) avec une aire de camping gratuite avec tables, fire place et toilettes sèches juste en bord de lac. Malheureusement, la caravane en face de nous a fait tourner son générateur jusqu'à 22h, heure à laquelle Babé, exaspéré, s'est levé pour aller voir ce connard de voisin !

Après Hyder, en Alaska, se trouve une carrière abandonnée (55.972942,-130.061226) bien connue sur I-Overlander, très tranquille.

On n'a pas pu bivouaquer sur le parking du Vista Point qui donne directement sur le Salmon Glacier à cause de la neige sur la piste. On s'est donc rabattus sur celui qui est plus bas (56.092332,-130.045232) très tranquille avec le chant des Sooty Grouse en cette fin de mai.

Une clairière en dehors de la Highway 37 (56.73162,-129.770799), très tranquille.

Un bord de piste allant vers les monts Cassiar (59.275896,-129.821016), très tranquille aussi.

Toujours tranquille bien que plus proche de la route, une autre clairière en dehors de la Highway 37 (59.949942,-129.089668).

À l'écart de la Highway 1, tranquille (60.414803,-133.691553).

À Whitehorse, nous avons dormi une nuit sur le parking du Walmart (60.732519,-135.068551) rempli de RVs et très bruyant.

C'est bien plus tranquille sur la Grey Mountain Road (60.677763,-134.945589) avec tout plein de sentiers tout autour.

Je termine cet article en vous faisant part de notre étonnement de retrouver de longues journées. Depuis un an, on s'était en effet habitués à des journées de 12h (6h-18h) au Mexique et en Amérique centrale. Depuis le nord des Etats-Unis, cela nous fait tout bizarre de nous lever après le soleil et de nous coucher avant.

On a bien réglé le réveil à 5h20, mais il est déjà beaucoup trop tard !

Nous sommes maintenant au-dessus du 60ème parallèle et les nuits sont courtes et pas vraiment sombres.

On espère passer le 66ème parallèle avant le 21 juin pour assister au soleil de minuit.

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Eh oui, s'il y a des montagnes et en plus des glaciers, Babé ne peut pas résister.

Attention, mettez les lunettes de soleil, ça va souvent flashouiller blanc !

On commence avec le Stawamus Chief Trail (49.679256,-123.154671) qui l'emmène sur les hauteurs avec vues sur la ville de Squamish.

 

Un peu plus loin, le mont Tusk, tout carré et noir l'attire. Il ne pourra pas monter jusqu'en haut, mais se fera une belle balade jsuqu'au Garibaldi Lake (49.958187,-123.121026).

 
 

Après quelques cascades, Babé reprend les pentes enneigées pour voir les trois lacs du Joffre Lakes Trail (50.369683,-122.498689).

La forêt y est de toute beauté paraît-il...

 
 
 
 

La balade au-dessus des Twin Falls (54.825816,-127.275847) est l'occasion de se dégourdir les jambes après plusieurs jours de route et de reprendre contact avec la neige.

 

Le point de vue donnant directement sur le Salmon Glacier (56.1688,-130.0515) n'était pas accessible avec TiNéfant et il pleuvait.

Qu'importe ! Babé s'est fait une balade de plus de 20km deux jours de suite pour aller le disfruter de plus près.

Et si en plus, il y a quelques pioux-pioux à voir en chemin. Que demander de plus ?

 
 
 
 

La pluie nous pousse à avancer. Mais une éclaircie dévoilant les monts Cassiar les rendent trop tentants...

Il va y revoir avec plaisir le White-Tailed Ptarmigan et disfruter du regard tous les sommets enneigés alentours.

 
 

Enfin, la Grey Mountain (60.677763,-134.945589) est vraiment facile d'accès au-dessus de Whitehorse.

Ses sommets arrondis sont sympas et couverts de fleurs. En plus, on y a une belle vue de la ville et des lacs alentours.

 
 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Décidément, la British Columbia nous étonne vraiment. On ne s'attendait pas à voir autant d'animaux juste au bord de la route.

La route entre Prince George, Terrace et Stewart était la plus intéressante. L'époque le veut sûrement parce que les animaux sortent de l'hiver et on en est bien content.

Notre premier orignal mangeait tranquillement dans une tourbière en bord de route après Prince George. Notre arrivée en roulant au pas l'a fait fuir.

 
Notre premier orignal dans l'ouest du Canada :
 

Nous avons vu le second sur la wilderness road reliant le Lava Bed Provincial Park et la highway 37. Lui-aussi s'est très vite réfugié dans la forêt, effrayé par le camion. C'est tout de même vraiment sympa de voir ces grands ongulés. Il y a quelque-chose de tranquille et de magestueux en eux.

 
Le deuxième orignal s'enfuit rapidement :
 

Alors que l'on a difficilement entre-aperçu trois ours noirs sur la route du Labrador, on en a vu au minimum un par jour durant une semaine en train de manger les pissenlits sur les talus des bords de route. Une fois, on n'a distingué que des oreilles pointant des hautes herbes.

Bon, ils s'enfuyaient à chaque fois qu'on ralentissait, mais l'un d'entre eux est resté assez longtemps pour que l'on fasse quelques photos et une vidéo souvenir.

 
Un ours noir juste au bord de la route :
 

Il y a beaucoup de marmotte des rocheuses (Hoary Marmot) sur la piste qui mène au Salmon Glacier. Elles sont très farouches et ne restent pas quand elles nous voient.

L'une d'entre elle est passée tranquillou à côté du camion ne sachant pas qu'on l'observait depuis l'intérieur.

 
Hoary marmot à côté du camion :
 

Trois loutres des rivières (River Otter) se prélassaient tranquillement sur le quai du Boat Launch de Hyder, en Alaska. Elles se sont enfuies lorsqu'elles ont repéré Babé, mais il a eu le temps avant d'en faire quelques photos.

Idem pour les porc-épics (Porcupine) qu'il a vu par trois fois en marchant sur les pistes.

Le dernier mammifère que Babé a vu n'était pas en bord de route mais sur la Grey Mountain. Plusieurs Arctic Ground Squirrels y ont leurs terriers. Comme les autres mammifères, ils ne restent pas bien longtemps en place dès qu'ils voient quelqu'un arriver.

Pour les pioux-pioux, le Gray Jay est toujours un plaisir pour les yeux.

Une Barred Owl scrutait le bas-côté du haut d'un fil électrique en direction de Terrace (54.945689,-128.391175).

Babé n'a d'abord contacté la Sooty Grouse que dans les forêts, mais elle chante aussi juste au bord de la piste menant au Salmon Glacier.

Comme je le disais dans un article précédent, son chant est tellement grave que je n'arrive pas à l'entendre avec les haut-parleurs de l'ordi (j'espère que ce n'est pas le cas pour vous aussi !). Par contre, on l'entend nickel avec des écouteurs.

 
Sooty Grouse en bord de piste du Salmon Glacier :
 

Toujours en bord de piste du Salmon Glacier, Babé a observé les trois espèces de Ptarmigan, le Rock, le Willow et le White-Tailed, en l'espace de quelques km.

Il a revu un couple de White-Tailed Ptarmigan lors de sa balade sur les monts Cassiar (59.256889,-129.848861) et a même réussi à en faire quelques photos.

C'était l'une de ses target species, tout comme le Trumpeter Swan qu'on a vu sur des lacs et rivières en bord de route.

Les premiers (5 individus) étaient en compagnies de Snow Geese en bord de Highway 37 en montant sur Smithers (oups, j'ai effacé le point GPS !). Ensuite il y avait un individu seul sur un lac (56.739767,-129.871244) en allant vers Dease Lake. Enfin, 17 individus étaient posés sur la Yukon River (60.575364,-134.678153) avant Whitehorse.

Ces trois semaines en British Columbia nous ont ravis.

Il nous reste encore 1300km à parcourir jusqu'à Tuktoyaktuk.

Ces quelques jours restés à Whitehorse nous donnent des fourmis dans les pieds.

On a hâte de repartir et d'explorer le Grand Nord !

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook